dimanche 17 novembre 2019
Accueil / DESTINATIONS / Maroc : 10 destinations méconnues

Maroc : 10 destinations méconnues

Le Maroc est un vaste pays abritant plusieurs trésors et plaisirs cachés qui attendent d’être découverts par les voyageurs avertis du monde entier. Voici quelques endroits fabuleux pour commencer, mais il vaudrait mieux vous dépêcher de visiter ces régions moins connues, car elles ne le resteront pas encore bien longtemps!

Oued laou 

oued 1

Oued Laou est un village de pêcheur situé au Nord ouest du Maroc sur la méditerranée. A 40 kms de Tétouan (aéroport national), 90 kms de Tanger (aéroport international) et 50 kms du golf Royal Cabo Negro.

La région de Oued Laou offre un cadre exceptionnel propice au dépaysement tout en étant à proximité des villes. Bordé par la mer Méditerrannée, le bassin de Oued-Laou est un site désormais incontournable de la région Nord du Maroc.

Toutes les conditions sont réunies pour faire de Oued Laou une région touristique intéressante. Un climat méditerranéen, un cadre unique au Maroc, une nature authentique que vous pourrez découvrir en pratiquant la randonnée. Que vous choisissiez le VTT, le quad, le 4×4 ou tout simplement la randonnée pédestre, vous aurez tout le plaisir de découvrir le Maroc sous son environnement majestueux. Amoureux de la nature, Oued Laou vous offrira ses mille et un visages à vous couper le souffle.

oued2

Plage d’oued LaouPour les amoureux de la mer, l’immense plage de 7 kms de long vous offrira le calme que vous recherchez, un soleil éclatant, un environnement naturel et spacieux et une eau à bonne température.

Vous pourrez pratiquer la pêche à la ligne ou sous marine, faire des ballades en jet skis.

Au mois d’août le festival culturel vous plongera dans les traditions marocaines.

Une visite incontournable : le marché local (souk) typique, chaque samedi à la sortie de Oued Laou

 

Tafoughalet

tafo1

Tafoughalt est le site le plus fréquenté du massif des Béni Snassen. L’intérêt du site réside dans sa situation au cœur d’un Site d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE) et à quelques pas de la Grotte des Pigeons d’intérêt archéologique de renommée mondiale.

Le milieu naturel encore préservé offre de nombreuses possibilités pour randonner le long des sentiers balisés avec des pierres au sol.

En partant de Tafoughalt, la route qui descend vers l’est permet d’accéder aux paysages spectaculaires des gorges de Zegzel. Vue sur la Grotte des Pigeons et le village de Tafoughalt.

Le village de Tafoughalt, est le principal centre administratif au cœur des Béni Snassen. C’est aussi une station de vacances d’été. Il est entouré par de grands domaines forestiers et des espaces naturels qui recèlent une flore et une faune riches et diversifiées. La commune de Tafoghalt (un peu plus de 3000 habitants) est située entièrement dans un SIBE où les Eaux et Forêts ont tracé un réseau de sentiers par balisage de pierres au sol. Ecologie

tafo3

Avec une superficie de plus 7000 ha, le massif des Béni Snassen représente un patrimoine forestier d’une valeur inestimable, composé de thuya de chênes (vert et kermès) de genévrier, de lentisque et où se trouvent des pelouses d’altitude. Le sommet du massif culminant à 1532 m d’altitude à Jbel Foughal (côté est du massif).

Le site constitue un véritable carrefour biogéographique entre les domaines rifains, oranais et atlasique. Ce qui est à l’origine d’une diversité floristique très originale et souvent remarquable. Les plantes médicinales, représentent le tiers du total des espèces.

 

Midelt

midelt1 

Au coeur du moyen Atlas, entre Meknes et Errachidia se situe Midelt . Cette petite ville marocaine est depuis longtemps un grand centre agricole basé sur l’exploitation des pommiers , la ville est entourée par plusieurs villages agricoles , touristiques et des sites d’exploitation minérale. En plus ville est très riche par les gisements de pierres fossiles de toutes sortes et ont donné naissance à une activité économique florissante, mais qui gagnerait à être organisée pour bénéficier au plus grand nombre.

Malgré son climat dur, Midelt est une terre fertile et généreuse ; elle est connue depuis longtemps par sa richesse minérale qui été exploités jusqu’aux années 80, mais actuellement seule l’extraction des roches précieuses tel que la”Vanadinite ” domine l’activité des habitants de la région surtout à Ahouli et Mibladen. Le nom de Midelt est lié depuis plusieurs années aux pommes . Cette petite ville occupe, au niveau national, la première place dans la production de ce fruit, tant sur le plan quantité, que sur le plan de la qualité. La région produit également un grand nombre de variétés de pommes.

Le mousem des pommes et une fête célébré chaque années au mois d’octobre, c’est une occasion pour la commercialisation et la publicité de ces produits et aussi le moment pour ce rencontrer et découvrir la beauté et le charme de cette région. Sur la route de Tafilalet, Midelt est une région touristique riche de sa bonne nature montagnarde et de ses habitants au naturel très accueillant. Midelt a un site touristique d’une beauté extraordinaire. Il s’appelle Jaafer et offre une magnifique vue au pied de Jbel El Ayachi . C’est un pole touristique connu par les visiteurs de la région depuis longtemps.

midelt3

Il y a d ‘autres places plus belles et merveilleuses mais qui n’ont pas une très grande réputation comme les sites de Jaâfer et Ahouli. Il existe aussi d’autre places qui ne sont pas encore découvertes par le grand public, des places qui sont vraiment très grandes et magnifiques. C’est la nature montagnarde à l’état pur comme Ait Ben Azou, Bertat, Ain Zriuila et Sidi-Said. C’est toute la beauté et la magie du Moyen Atlas que l’on retrouve dans ces localités, accueillantes et charmeuses. La majesté des cédres, les odeurs des arbres fruitiers et les mille et une senteur de la flore locale sont autant d’éblouissements qui excitent tous les sens des visiteurs. Midelt, c’est aussi la limite de deux mondes.

midelt2

D’un côté, le Moyen Atlas et de l’autre, le Tafilalet. Sur le plan géographique, climatique, culturel et ethnique, Midelt marque la frontière entre deux espaces bien distincts. Mais il n’y a pas de rupture. Bien au contraire, il y a une continuité qui vous fait passer d’un mode de vie à un autre, d’une nature à une autre et d’un climat à un autre, sans heurt. C’est tout le charme de cette région.

 

Azemmour

az1

La ville d’Azemmour n’est que charme et tranquillité. Elle se prélasse sur la rive de l’embouchure de l’Oum-Er-R’bie qui prend naissance dans le Moyen-Atlas, à 26 km au nord-est de Khénifra. Ce n’est donc nullement un hasard si Azemmour a de tout temps été associée à l’Oum-Er-R’Bie… et à la pêche de l’alose. Azemmour est une région idéale pour le repos et les baignades. Nous allons passer en revue quelques-uns des sites pitoresques qui font sa fierté. Une beauté qui émeut Azemmour, l’ancienne «Azma» des Romains, fut, elle aussi, portugaise au début du XVIe siècle. Cette cité, fort plaisante, est située au bord de l’Oum-Er-R’Bie, elle dresse ses importants remparts qui baignent et se réflètent dans l’estuaire de l’Oum-Er-R’Bie.

Le destin de la ville d’Azemmour a toujours été lié au cours d’eau sur les berges duquel elle a été bâtie. Azemmour tira profit, plusieurs décennies, de la pêche à l’alose. La médina forme un quadrilatère allongé au bord du fleuve, limité au nord par la Kasbah, à l’ouest par les quartiers Zaouias, au sud par l’ancienne route de Casablanca et, à l’est, par l’Oued Oum-Er-R’bie.

L’enceinte de la médina présente trois bastions. Il y a le Bordj Sidi Moumen. Puis, au sud-ouest, de la ville, se dresse un double bastion, l’un demi-circulaire, se trouve au nord de Bab Derb Fougani. Il est surmonté de petites pyramides qu’on appelle Seqqala, Del Bordj de Bâ-Qaïd, l’autre forme un saillant rectangulaire à l’angle sud-ouest de l’enceinte, et surmontant Bab Derb Fougani.

AZ4

Enfin, il y a le Bordj Derb Chtouka. La Kasbah est entièrement entourée de remparts élevées en maçonnerie. Ils sont couronnés d’un chemin d’environ deux mètres de largeur, ce chemin fait communiquer entre eux, six bastions : Bordj Hfir, Borj Sidi Ouadoud, Bordj El Ouasti, Bordj Fondok El Hana, Bordj Tahouna et Bordj El Mellah.

On pourra déambuler dans ses rues et voir des portes de maisons, maintes réminiscences d’architecture portugaise. On peut voir aussi Dar El Baroud (la Maison de la poudre), en ruine, qui est dominée par une tour à fenêtres de style gothique. Du chemin de ronde de l’enceinte, panorama sur l’Oued Oum-Er-R’Bie.

La plage El haouzia, à 1 km 500 de la ville d’Azemmour, a reçu et continue de recevoir la visite de plusieurs centaines d’estivants et touristes venant de toutes les villes du Royaume et de l’étranger. La plage El Haouzia offre, aux moments des chaudes journées de l’été, un incontestable attrait et un réel palisir. Non loin d’Azemmour, se trouvent les Gorges de Méheoula, désignés plus communément sous le nom des Oranger

 

Kelaat m’gouna

kel4

Sur la route des milles kasbahs, ce point d’accès majeur de la vallée des roses, est situé à son extrémité sud et 90 km à l’est de Ouarzazate. Il allie, senteurs, vergers et architecture traditionnelle berbère.

De nombreuses promenades, randonnées, visites diverses sont envisageables depuis Kelaat el M’Gouna, ce gros bourg étant situé à l’entrée de la célèbre Vallée des Roses. Celle-ci abrite de vieilles Kasbahs dont certaines s’ouvrant volontiers à la curiosité des voyageurs au milieu de sentiers longeant des petits ruisseaux bordés d’arbres fruitiers et de magnifiques roseraies. Indéniablement, un des joyaux de la région, enivrant et superbe lors de leur floraison de mi-avril à mi-juin..

A ne pas manquer

kel2

Pour les amateurs, le parapente est praticable à partir de Bou Tharar, petit village pittoresque niché au fond de la Vallée des Roses. La première édition d’un festival dédié à ce sport y a d’ailleurs été organisé à la mi-novembre 2012…

Le Moussem, ou fêtes des roses se déroule début mai. Trois jours sont dédiés à cette fleur mythique, soulignés de défilés de chars, de musiques et danses traditionnelles. Entre avril et juin, période de récolte des roses, les distilleries locales sont ouvertes au public. Une visite intéressante pour tout connaitre sur la distillation des pétales et la fabrication de l’eau de rose et ses dérivés cosmétiques.

kel3

Les poignards d’Azlag. C’est dans ce douar contigu de Kelaat M’Gouna sur la route menant à Boumalne Dadès, que se perpétue cet art hérité des juifs berbères. Lame en acier, manche en bois de peuplier ou d’abricotier, d’os, fourreaux richement décorés, les poignards d’Azlag sont présentés à la Coopérative Artisanale des Poignards d’Azlag.

 

Dakhla

dakhla4

À retenir

Dakhla et sa baie font encore partie de ces rares endroits de la planète où l’homme est en symbiose avec les éléments d’une nature préservée.

À l’embouchure du Rio de Oro, Dakhla fut fondée en 1884 par les Espagnols. À l’époque, elle s’appelait Villa Cisneros. Ce petit port de pêche est au bord d’une magnifique lagune aux eaux turquoise. En plus d’accueillir des milliers d’oiseaux migrateurs dont des colonies de flamants roses, la baie héberge la plus grande population mondiale de phoques moines. Ses eaux sont également fréquentées par des raies et des dauphins à bosse. La grandiose Punta Sarga, à l’extrémité sud de la presqu’île est le site préconisé pour les observer.

dakhla1

Considéré par les champions de surf comme l’un des plus beaux spots du monde, l’endroit est idéal pour tous les sports de glisse sur l’eau… mais aussi sur les dunes de sable ! Pour se sentir en communion avec la nature, il est possible de dormir sous les tentes khaïmats (habitat collectif traditionnel du désert) dans un surf camp. La douche d’eau sulfureuse à 38° C de la source thermale d’Asmaa est à essayer : elle est réputée excellente pour la peau, les troubles respiratoires et les os. La lagune du Rio de Oro est également l’une des zones les plus poissonneuse au monde. La star de l’endroit est la courbine (appelée maigre en France). En surf casting, c’est à dire en pêchant les pieds au bord de l’eau, il est possible d’attraper des poissons pouvant mesurer jusqu’à 2 mètres et peser jusqu’à 80 kilos

  

Sidi ifni

sidi1

Bienvenue sur le territoire de la tribu Ait Baâmrane.

Bénéficiant de la douce fraîcheur des vents du large, cette province côtière offre une ambiance magique avec comme toile de fond les montagnes de l’Atlas. Les vagues frangées d’écume se brisent sur d’immenses arches naturelles, sur des falaises abruptes ou encore sur des plages vierges qui s’étirent sur des kilomètres, un paradis pour les amateurs de sports nautiques.

L’intérieur du territoire ne manquent pas non plus d’espaces naturels liés à la détente Les paysages sont constellés d’arganiers et de figuiers de barbarie où l’on prépare les fameuses huiles à la texture unique dans des coopératives artisanales.

A ne pas manquer :

sidi_ifni4

La pratique de sports nautiques : la côte regorge de spots qui accueillent chaque année les amoureux des sports nautiques

Les falaises de Legzira : Baladez-vous sur la plage aux trois arches spectaculaires sculptées par l’océan.

Une baignade à Mirleft : un lieu propice à la détente avec ses magnifiques plages

 

Moulay driss Zehroun

driss1

La première cité musulmane en Afrique du Nord, Zerhoun, a pris le nom de Moulay Idriss. Cette petite ville, située à 26 kilomètres de Meknès, surplombe un site magnifique qui abrite les ruines de Volubilis l’ancienne cité romaine. Jusqu’en 1917, la ville de Moulay Idriss Zerhoun fut interdite aux non musulmans. Aujourd’hui encore, elle est uniquement peuplée de musulmans et a conservé son caractère de ville sainte. Depuis plusieurs générations, c’est le premier lieu où se rend le nouveau roi après son accession au trône.

dri6

La ville abrite le sanctuaire d’Idriss Premier. Le tombeau de Moulay Idriss n’est pas accessible aux non musulmans. Il se trouve dans la zaouïa au fond du vallon. Son accès en est barré par une poutre en bois qui marque la limite du horm ou lieu sacré. L’actuel mausolée date du XVIIIème siècle et fut élevé par Moulay Ismaïl. Il connaîtra de multiples transformations et aménagements, au temps de Feu S.M. Hassan II, avec l’édification de la Koubba Al-Hassania et aujourd’hui, sous le règne de Mohammed VI, qui a ordonné la rénovation de l’ensemble de l’édifice. Le minaret circulaire qui le domine est unique au Maroc mais de construction récente puisqu’il date de 1939. Il est couvert de faïences vertes sur lesquelles sont inscrits en une écriture stylisée, des versets du Coran.

driss2

À l’entrée de la ville, un cimetière sur une pente raide rassemble des pierres blanches presque enfouies dans la terre. Un dédale d’escaliers et de ruelles (en pente raide) permet de monter en haut du quartier de Khyber d’où une terrasse permet de voir l’ensemble de la petite ville.

Zerhoun est une constellation de petits villages, plus ou moins grands. Comme des étoiles : Beni Marâaz, Karmate, Ouled Youssef, Beni Ammar, N’zala, Lamghassiyine, Moussawa, Skhirate, Lakhnadkh, Lakhwar, Fertassa, Taleghza, Beni Mansour, Dhar N’ssour, El Kifan, El Hafra

 

Rissani

rissani4

Ville sainte et berceau de la dynastie des Alaouites dont la famille royale est issue, Rissani, avec son souk riche en artisanat et ses magnifiques ksour en ville et aux alentours, nous invite à mieux découvrir ses charmes et son atmosphère présaharienne.

Dans la ville qui s’étire, sont dispersés bon nombre de monuments et lieux de visites, dont le mausolée Alaouite de Moulay Ali Cherif. Dans le centre se trouvent la plupart des services et magasins ; cette partie de la ville est aisée à explorer où les cafés et restaurants servent les classiques tagines et omelettes et surtout la medfouna, spécialité de la région du Tafilalet. C’est un pain farci de viande hachée, d’œufs pochés, d’oignons et légèrement épicé… un délice !

rissani2

Aux abords de la route qui relie Rissani à Erfoud, quelques kasbahs d’hôtes servent bières et vins aux visiteurs de passage… Attention au soleil qui tape tout de même !

Souk de Rissani

Le souk ouvert tous les jours s’anime un peu plus les mardis, jeudis et dimanches. Situé en centre-ville, il se scinde en plusieurs secteurs : dattes du Tafilalet, légumes, épices, animaux, étoffe et artisanat. Le reste de la semaine, c’est surtout un souk permanent où l’artisanat du sud est amplement représenté.

Ksour de Rissani

rissani3

Le ksar Moulay Ismaïl, construit au XVIIe siècle est relativement bien conservé, contrairement au vaste ksar Abber, plus récent (fin XIXe s.), mais malheureusement mal préservé. Il constitue tout de même une visite intéressante, représentative de l’architecture et de l’organisation de la vie sociale au sein d’un ksar.

 

Azilal

DIGITAL CAMERA

La région est le résultat d’un métissage arabo-berbère qui transparaît dans l’artisanat , la gastronomie et l’architecture. Un exemple édifiant de cette dernière serait le grenier de terre fortifié de forme circulaire du village de Sidi Moussa. Ces anciens greniers à blé caractérisent la vie rurale des environs. Les habitants, pasteurs et agriculteurs, se sont lancés dans la production de miel, d’huile de noix et de fromage. Les associations et coopératives féminines réunissant plusieurs villages sont ouvertes au public. N’hésitez pas à pénétrer dans une tighermt, ces vieilles demeures patriarcales fortifiées. Si les murs sont en pisé ou en pierre, la décoration intérieure en bois est parfois savamment peinte de motifs variés. Et vous comprendrez pourquoi l’hospitalité des habitants de la région est aussi réputée.

azilal 1

Les environs d’Azilal et plus généralement le Haut Atlas central se prêtent à l’écotourisme. Ceci grâce à une nature préservée et grandiose. Quelques exemples: à 36 km à l’ouest d’Azilal, jaillissent les cascades d’Ouzoud, un site exceptionnel. Une chute de 100 m se jette au milieu d’un gouffre luxuriant. Le cours d’eau poursuit son chemin sur 2 km jusqu’aux profondes gorges de l’Oued El Abid (400 m). Autres spectacles naturels fantastiques, les jolies gorges d’Arous vers Agouti à l’entrée de la vallée des Aït Bouguemez, ou le pont d’Imi-n-Ifri, à coté de Demnate. Une gigantesque arche de pierre creusée par l’oued Mahseur et sous laquelle pendent des centaines de stalactites.

 

MAP/ONMT/ Bouhali Bousselham

About admin

Lire également

Casablanca que j’aime

Casablanca, la capitale économique du Maroc, la plus grande ville du royaume et la plus ...

5 commentaires

  1. Marie-Josee Gervais

    merci de nous faire connaître ces merveilleux sites, qu’il faudrait voir une fois là-bas , et je suis sûre qu’il y a plus encore!

  2. Un riche programme de visites que je recommande à tous ceux qui aiment notre beau pays…Heureusement que j’ai eu la chance d’avoir visité la plupart de ces sites touristiques…

  3. bonjour, j’ai connu la plupart de ces sites et villages, ayant vécu à Rabat pendant 14 ans, de 1946 à 1960. Mon père était Agent Immobilier et il travaillait principalement avec les Pacha du Maroc, j’ai donc sillonné avec lui toutes ces régions magnifiques. Je les retrouverais avec une grande joie……Un Maroc encore préservé , écologiquement….

  4. Vous êtes les bienvenus chez nous 
    Je vous invite à visionner mon site
    A bientôt,
    Hicham Ouichou 

  5. Bonjour moi si hicham je suis un guide de montagne et organisateur des voyage et randonnée au Maroc.
    Ou plaisir de partager avec vous des voyage inoubliable dons le pays des merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *